Accord de partenariat économique UE-Japon (JEFTA) : un accord qui reproduit les mêmes erreurs

Ce mardi 17 juillet, l’Union européenne et le Japon signeront l’un des accords commerciaux les plus importants correspondant à près d’un tiers du PIB mondial et qui concernera plus de 600 millions de personnes.

Déclaration de Yannick JADOT, Vice-Président de la Commission du commerce international et Porte-Parole du groupe Verts-ALE sur les politiques commerciales :

« S’il est ratifié, le JEFTA sera extrêmement difficile à amender. Il est donc nécessaire de se pencher sur le texte avant le vote du Parlement européen. Cet accord répond à la même logique erronée ayant prévalu pour le CETA et le TTIP. Certains de ses aspects reproduisent des erreurs que nous avons largement dénoncées. Le chapitre consacré au Développement durable est encore plus faible que celui du CETA. Nos préoccupations portent également sur les dispositions relatives aux services financiers qui sont incompatibles avec la règlementation instaurée après la crise financière ainsi que sur les services publics qui manquent de protection adéquate. »

Déclaration de Philippe LAMBERTS, Président du groupe Verts-ALE :

« Nous voulons que les parlements nationaux disposent du temps nécessaire pour éplucher cet accord avant le vote du Parlement européen.
Le JEFTA constitue une nouvelle preuve de l’absence de volonté de réformer la politique commerciale de l’UE dans le sens de la durabilité et de l’équité.
Cet accord, ainsi que la négociation en parallèle d’un traité de protection des investissements, démontrent que la Commission européenne reste sourde aux critiques exprimées par les citoyens européens aussi bien sur le CETA que sur le TTIP. »