Avenir de l’industie automobile : sommes-nous prêts à assumer une mobilité durable?

Aujourd’hui, le Parlement européen a voté en faveur du Plan d’action « Cars 2020 : pour une industrie automobile forte, compétitive et durable en Europe ». Yannick Jadot, eurodéputé du groupe des Verts/ALE et rapporteur pour son groupe au sein de la Commission Industrie, revient sur ce vote en demi-teinte.

Ce rapport d’initiative reconnait bien les problèmes de surcapacité de la production automobile, et le besoin de repenser la mobilité d’aujourd’hui. Mais les écologistes ont voulu aller plus loin, en préconisant :

  • Un investissement fort dans le secteur des technologies et innovations avancées pour les véhicules propres, avec notamment la question de l’efficacité énergétique au cœur du débat;
  • Le développement d’une infrastructure pour les carburants alternatifs;
  • L’établissement d’un standard européen pour les véhicules électriques;
  • Une Initiative européenne pour les véhicules verts avec Horizon 2020 qui promeut l’investissement dans la recherche et innovation;

Mais l’entêtement des parlementaires européens à ne pas vouloir changer les logiques d’un secteur industriel en pleine perdition résonne encore dans le texte final adopté. Une série de propositions illusoires a été adopté, comme la possibilité d’imposer un moratoire sur toute nouvelle législation susceptible d’avoir des répercussions néfastes sur la situation économique du secteur, ou encore la nécessité de « stimuler » la demande si nécessaire

Il est grand temps que les mœurs changent : oui, plus d’efficacité énergétique et plus d’investissement dans des véhicules plus propres permettraient d’assurer une compétitivité durable à notre industrie automobile européenne, tout en respectant le consommateur et l’environnement. La mobilité du 21ème siècle impose de nouvelles logiques. Et c’est tant mieux!  Co-voiturage, transport public et multimodal ou encore villes intelligentes, le monde bouge différemment aujourd’hui, n’ayons pas crainte de suivre le mouvement.

 Strasbourg, le 10 décembre 2013