COP22 Marrakech : Négociation climatique recherche leadership désespérément

Marrakech le 18 novembre 2016

À quelques heures de la clôture de la COP22, Yannick JADOT, porte-parole du groupe Verts-ALE sur le climat déclare:

« La COP22 devait être celle de la célébration et de l’action : l’Accord de Paris entré en vigueur grâce à la ratification de 111 pays ; des modalités de mise en œuvre à boucler pour 2018 ; une effervescence d’actions climatiques menées par les collectivités locales, les entreprises, les citoyens et certains États.

Et, patatras, l’élection de Donald Trump est venue bousculer une COP largement technique mais dont les enjeux les plus importants étaient la formalisation des engagements financiers en faveur des pays du Sud et la perspective d’’une hausse des ambitions des États dès 2018. Alors que l’Accord de Paris a conclu sur un objectif entre 1,5 et 2 degrés de réchauffement d’ici la fin du siècle, les engagements proposés nous mènent vers un chaos climatique de plus de 3 degrés.

Certes, et c’est une bonne nouvelle, tous les pays ont réaffirmé leurs engagements vis-à-vis de l’Accord de Paris et la nécessité absolue d’une coopération internationale. En outre, la réalité économique s’impose : les énergies renouvelables sont et seront de plus en plus compétitives. Le mouvement vers des économies décarbonées est irréversible.

Néanmoins, nous comprenons que ces 4 prochaines années, les États-Unis seront au mieux inactifs dans la négociation climatique. Et ce n’est pas la Chine qui, malgré ses efforts domestiques, tirera vers le haut les ambitions climatiques multilatérales. Sans leadership, le risque est grand que les COP à venir, avec des présidences faibles ou réactionnaires (Fidji et peut-être Pologne), se résument à des discussions purement techniques, animées par les seules initiatives des acteurs non-étatiques et sans grandes ambitions climatiques des États.

Le moment est donc venu pour l’Union européenne de sortir de sa léthargie, d’adopter des objectifs climat-énergie plus ambitieux pour 2020 et 2030. Pour cela, la France doit cesser de masquer son renoncement à l’action derrière le succès de sa diplomatie à Paris en 2015.

Ce n’est pas seulement impératif pour le régime climatique international, c’est une opportunité formidable pour l’économie et l’emploi. »