Droit des peuples autochtones, à la France d’agir maintenant !

Yannick JADOT déclare :

« Les peuples autochtones représentent aujourd’hui 370 millions de personnes réparties dans plus de 70 pays, soit 5 % de la population mondiale. Ils occupent 22 % des terres émergées et hébergent 80 % de la biodiversité mondiale.

Je me félicite du vote du Parlement européen, qui acte l’absolue nécessité de garantir la pleine reconnaissance, la protection et la promotion des droits de ces peuples, notamment dans les décisions politiques qui les concernent. La base !

A la France maintenant d’agir. Alors que c’est l’un des seuls États de l’Union européenne, avec les pays scandinaves, qui a la chance de compter des peuples autochtones parmi sa population, elle nie la réalité de ces peuples là où elle devrait jouer un rôle clé de leadership. Au niveau onusien, elle s’oppose de manière systématique à la notion de « Peuples Autochtones » et à la reconnaissance de droits collectifs, ralentissant considérablement les négociations internationales pour la reconnaissance des droits autochtones. Au niveau national, nos instances ne leur permettent pas de défendre eux-mêmes leurs intérêts, il est grand temps que nos instances délibératoires appliquent le principe du consentement libre, préalable et informé.

Aujourd’hui, l’accaparement des terres par des entreprises privées reste chose admise, comme le témoigne le projet écocide Montagne d’or en Guyane. Catastrophe environnementale, aberration économique, ce méga projet d’exploitation minière à ciel ouvert progresse alors que les amérindiens de Guyane se sont prononcés à plusieurs reprises contre.  Est-ce qu’on a vraiment envie de laisser des sociétés canadienne et russe s’emparer et détruire des forêts, avec des revenus pour les guyanais extrêmement limités et une destruction irréversible de leur environnement ? »

Note : voir à ce propos, à partir du point 39 du rapport, les recommandations faites à la France par l’ONU.

> Retrouvez cet article sur le site d'Europe Ecologie au Parlement Européen

Retrouvez cet article sur le site d'Europe Ecologie au Parlement Européen