Pêche électrique : des acteurs de la grande distribution s’engagent dans la voie du boycott, une bonne nouvelle en vue d’une interdiction.

Aujourd’hui, Agromousquetaires, le pôle agricole des Mouquetaires, propriétaire d’Intermarché vient d’annoncer sa décision de ne plus vendre de produits issus de la pêche électrique. Cette décision rejoint celle de l’association « Poissonnier de France », composée de 6400 membres de la profession « marée » (poissonniers, mareyeurs, négociants, importateurs et pécheurs) de boycotter tous les produits de la mer commercialisés par les nations autorisant la pêche électrique.

Pour Yannick Jadot, député européen EELV et membre de la commission de la pêche « les annonces d’Intermarché et de « Poissonnier de France » constituent un signal positif, de soutien à ceux qui, pêcheurs artisans, associations de protection des océans et élus, se battent contre cette technique de pêche destructrice des écosystèmes marins. Bien qu’officiellement interdite depuis 1998, cette technique de pêche fait l’objet d’une dérogation au titre de la recherche sur la pêche innovante. Or, avec cette technique de pêche, si elle économise du carburant, contribue par son système d’électrocution  à détruire les écosystèmes et les pêcheurs artisans.

Le boycott des produits de la pêche électrique et l’information des consommateurs marquent une étape décisive vers une interdiction effective de cette technique. Mais le grand rendez-vous est fixé au début de l’annee 2018 quand le Parlement européen, en plénière, devra se prononcer.

Les lobbys pro-pêche électrique sont à l’œuvre, en particulier les industriels néerlandais. Chaque citoyenne et citoyen doit interpeller son euro député pour que cette aberration environnementale et sociale cesse ! Les écologistes mènent le combat, au sein et en dehors du Parlement.