Protection des lanceurs d’alerte : une victoire arrachée par les écologistes

Déclaration d’Eva JOLY, Vice-Présidente de la Commission TAX3 :

« Pour la première fois dans toute l’Union Européenne, ceux qui souhaitent dénoncer la corruption, des actes répréhensibles ou des irrégularités sur leur lieu de travail pourront se manifester en toute sécurité. Ils auront désormais des garanties juridiques et des droits à la protection. Cette directive pour une protection des lanceurs d’alerte montre qu’il est possible de changer l’Europe. Il faut pour cela de la volonté politique, de l’optimisme et du travail.

Cette directive a mis beaucoup de temps à voir le jour. La Commission européenne nous avait dit en 2015 qu’un texte pour protéger les lanceurs d’alerte n’était pas possible à traité constant. Nous, écologistes, avons prouvé le contraire : nous avons élaboré notre propre directive pour montrer à Jean-Claude Juncker que les traités ne doivent pas être une excuse à l’immobilisme.

Protéger les lanceurs d’alerte, c’est protéger l’essence de nos démocraties. C’est défendre l’intérêt général plutôt que de prétendus secrets des affaires ! C’est une des victoires arrachées par les écologistes. C’est évidemment une victoire particulièrement chère à mon cœur parce que l’avancée de nos combats contre l’évasion fiscale doit beaucoup à des personnes courageuses comme Antoine Deltour, qui a révélé les Luxleaks.

Il appartient maintenant aux États membres de transposer cette directive en droit national et nous appelons tous les pays à améliorer les normes de ce texte et à le rendre aussi large, complet et inclusif que possible. »

Ci-dessous, l’intervention d’Eva JOLY lors du débat sur ce texte :



> Retrouvez cet article sur le site d'Europe Ecologie au Parlement Européen

Retrouvez cet article sur le site d'Europe Ecologie au Parlement Européen