Retour en arrière en matière de lutte contre les surcapacités de pêche

Jeudi 27 avril 2017

 

Le Parlement européen a adopté aujourd’hui un rapport d’initiative visant à améliorer la gestion des ressources de pêche dans les régions ultrapériphériques. Ce rapport prévoit une meilleure prise en compte des particularités et des difficultés spécifiques de ces régions dans le cadre de la législation européenne.

Un amendement prévoyant la réintroduction des subventions pour la construction de nouveaux bateaux a également été adopté malgré leur interdiction depuis 2004.

Nous sommes conscients qu’il était nécessaire de proposer des solutions à la situation délicate du secteur de la pêche dans les régions ultrapériphériques. Dans ces régions, les pêcheurs doivent faire face à des problèmes et contraintes bien spécifiques, d’autant plus que la pêche y constitue un élément essentiel à la sécurité alimentaire et à la stabilité économique. La législation européenne se doit de continuer à prendre en compte ces spécificités afin que les flottes de pêches puissent répondre aux exigences européennes en matière de sécurité et d’hygiène et puissent lutter contre la pêche illégale.

Néanmoins, nous regrettons l’adoption d’un amendement qui remet en cause les progrès que nous avions réalisés lors de la réforme de la politique commune de la pêche (PCP) en 2014. Le renouvellement des flottes de pêche contribue activement à la surcapacité et met en danger les stocks de poissons. Il est impératif pour l’Europe de promouvoir une pêche durable, c’est pourquoi nous avons vote contre cet amendement et nous continuerons de nous opposer à la réintroduction des subventions à la construction de nouveaux bateaux de pêche. La survie du secteur de la pêche dépend du renouvellement des stocks de poisons, c’est pourquoi il faut à tout prix préserver la biodiversité de nos oceans.