Sommet de l’UE sur l’énergie : les dirigeants européens font du surplace

Alors que les conclusions du Sommet européen sur l’énergie viennent d’être rendues publiques, on peut regretter un certain immobilisme,  notamment concernant la question essentielle des économies et de l’efficacité énergétique où l’indécision continue de régner.

« On attendait davantage de ce sommet européen consacré à l’énergie et l’innovation. Le surplace des chefs d’Etat et de gouvernement est incompréhensible : rien de sérieux sur les économies d’énergie alors qu’avec une vraie stratégie européenne pour les économies d’énergies,  nous pourrions réduire nos importations énergétiques de plus de 130 milliards d’euros par an et créer entre un et deux millions d’emplois d’ici 10 ans.  Rien de nouveau non plus sur les énergies renouvelables alors que l’industrie européenne a besoin de visibilité sur l’engagement européen après 2020 pour continuer à investir, à créer des emplois et à se positionner sur un marché mondial florissant. L’immobilisme reste de mise, et l’archaïsme énergétique, la règle.

Heureusement, les manœuvres du Commissaire Oettinger visant à perturber le soutien aux renouvelables ont échoué. Mais entre une Europe 100% renouvelable, économe en énergie, indépendante et créatrice d’emploi d’une part, et une Europe qui ressasse ses vieilles recettes énergétiques, le combat sera dur. Si la France a échoué à introduire un objectif européen pour le développement du nucléaire, il faudra néanmoins être très vigilant pour la suite. De même, les écologistes doivent se mobiliser pour que la pernicieuse demande des Chefs d’Etat d’évaluer le potentiel « durable » des gaz de schiste en Europe ne conduise pas à son exploitation, dévastatrice pour l’environnement.

Les citoyens, les collectivités locales et le Parlement européen doivent rester vigilants. Mieux, ils doivent continuer à montrer la voie d’une économie efficace et renouvelable, pour contrebalancer des chefs d’Etat toujours hésitants, et pour contrer ceux qui, comme le Président Sarkozy, restent prisonniers des vieux schémas énergétiques.  Le Parlement pourrait rapidement montrer l’exemple sous l’impulsion des députés Verts/ALE: il a l’opportunité dans les semaines qui viennent d’exiger de nouvelles mesures fortes et immédiates sur les économies d’énergie et d’appeler au développement des infrastructures nécessaires à un secteur électrique 100% renouvelable. »

Vous pouvez télécharger ICI les conclusions du sommet européen sur l’énergie (en anglais)