Tous Cobayes ? Les écologistes lancent une campagne européenne d’analyse toxicologique des cheveux

Une alimentation saine et une agriculture durable sont une préoccupation réelle des citoyens européens dont les pouvoirs publics ne se sont pas encore suffisamment saisis. En tant qu’écologistes, nous souhaitons contribuer à la prise de conscience de la pollution de nos corps par les pesticides.

Karima DELLI, Pascal DURAND, Yannick JADOT, Eva JOLYet Michèle RIVASI expliquent leur démarche :

« Nous sommes ce que nous mangeons. Si les bienfaits d’une alimentation saine sur notre corps et notre santé sont évidents, les consommateurs n’ont pas toujours conscience des conséquences néfastes que peut avoir leur alimentation. Pis, une alimentation que l’on pense saine, ne nous prémunit pas forcément d’être exposés à une multitude de pesticides toxiques.

C’est pourquoi nous allons sélectionner un vingtaine de volontaires à travers la France afin d’effectuer une cartographie de l’exposition à une liste de 30 pesticides*. L’âge, la localisation géographique, l’exposition professionnelle, la proximité de cultures traitées, le régime alimentaire – bio, végétarien, végan – seront autant de critères permettant de différencier les expositions et rendre compte de leur présence. Chaque participant retenu recevra le résultat de l’analyse à domicile, et nous aurons accès aux résultats bruts non-nominatifs.

Sans préjuger du résultat de cette analyse, nous espérons qu’elle permettra d’alimenter le débat et la prise de décision politique quant au modèle agricole que nous souhaitons promouvoir et financer dans le cadre de la future Politique Agricole Commune. Et rappelons que les méfaits de l’agriculture intensive ne s’arrêtent pas à la seule santé humaine mais menacent aussi la biodiversité, la pollinisation, les conditions nécessaires au bon fonctionnement des écosystèmes permettant la vie sur Terre ».


POUR EN SAVOIR PLUS SUR CETTE EXPÉRIENCE ET COMMENT Y PARTICIPER

Saviez-vous que l’analyse d’un échantillon de cheveux révèle l’exposition aux pesticides des 3 ou 4 derniers mois ? Par comparaison, un test d’urine couvre les 2 ou 3 dernières semaines et un test sanguin, les 2 ou 3 jours précédents.

Les écologistes au Parlement européen vous proposent de faire tester vos cheveux afin d’y identifier les résidus de 30 pesticides. C’est une première en Europe ! Il s’agit d’une action menée par les Verts simultanément dans 6 pays de l’Union européenne : outre la Belgique, la France, l’Italie, l’Allemagne, le Danemark et le Royaume-Uni participeront.

Comment participer ? Si vous souhaitez faire partie des personnes sélectionnées pour ce test, vous pouvez remplir le formulaire en ligne d’ici au 30 juin. Nous avons un nombre limité de kits de test, le laboratoire effectuera une sélection à partir des candidatures transmises afin de retenir des profils suffisamment variés. Nous avons besoin de personnes de catégories d’âge différentes, des bébés aux seniors ! N’hésitez pas à inscrire aussi vos enfants.

Les kits seront transmis personnellement aux personnes retenues et renvoyés ensuite au laboratoire ; les analyses auront lieu durant l’été. Vos résultats individuels vous seront transmis par la poste par le laboratoire (nous n’y avons bien sûr pas accès) en septembre. Un rapport agrégeant les résultats pour tous les pays participants, ainsi qu’un rapport pays par pays, sera présenté également en septembre.

Cette participation est bien sûr entièrement gratuite.

Pour se porter volontaire, il suffit de remplir le questionnaire en ligne.

* Certains des pesticides choisis ne sont pas utilisés dans l’UE mais présents à grande échelle dans l’alimentation européenne : 2,4-D (CAS 94-75-7), Acephate (CAS 30560-19-1), Acetochlor (CAS 34256-82-1), Alachlor (CAS 15972-60-8), Atrazine (CAS 1912-24-9), Azoxystrobin (CAS 131860-33-8), Boscalid (CAS 188425-85-6), Chlorpyrifos-methyl (CAS 2921-88-2), Chlorpyrifos-ethyl (CAS 2921-88-2), Cypermethrin (CAS 52315-07-8), Cyprodinil (CAS 121552-61-2), Dicamba (CAS 1918-00-9), Diflufenican (CAS 83164-33-4), Dimethomorph (CAS 110488-70-5), Diuron (CAS 330-54-1), Epoxiconazole (CAS 135319-73-2), Iprovalicarb (CAS 140923-17-7), Isoxaben (CAS 82558-50-7), Malathion (121-75-5), Metalaxyl (CAS 57837-19-1), Metolachlor (CAS 51218-45-2), Pendimethalin (CAS 40487-42-1), Permethrin (CAS 52645-53-1), Propiconazole (CAS 60207-90-1), Piperonyl butoxide (CAS 51-03-6), Pyraclostrobin (CAS 175013-18-0), Pyrimethanil (CAS 53112-28-0), Simazine (CAS 122-34-9), Spiroxamine (CAS 118134-30-8), Tebuconazole (CAS 107534)

> Retrouvez cet article sur le site d'Europe Ecologie au Parlement Européen

Retrouvez cet article sur le site d'Europe Ecologie au Parlement Européen