Tribune : Notre-Dame-des-Landes : flagrant délit de détournement

Les journées d’été à Nantes ont été l’occasion de rappeler l’opposition des élus Europe Ecologie au projet de construction d’un nouvel aéroport à Nantes : l’aéroport de Notre Dame des Landes.

A ce sujet, vous pouvez lire ci-dessous la Tribune parue dans Ouest France, le 21 août 2010, co-signée par Yannick Jadot et Jean-Philippe Magnen.

Notre-Dame-des-Landes : flagrant délit de détournement



Lors du Grenelle de l’Environnement en 2007, Nicolas Sarkozy avait prôné « une révolution dans nos comportements, dans nos politiques, dans nos objectifs et nos critères », et promis que « tout grand projet public sera arbitré en intégrant le coût pour le climat, le coût en carbone, et le coût environnemental. », en instaurant notamment une « rupture en matière de transports . » Aujourd’hui, à l’aune des nouvelles annonces concernant le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, ce qui était rationnel, légitime et de bon sens il y a trois ans est foulé aux pieds dans un écolo-cynisme généralisé, à droite mais aussi malheureusement à gauche.

Projet pharaonique pour accueillir soi-disant 9 millions de passagers, coût démentiel, inutilité avérée, et décisions sans concertation, les adjectifs n’ont plus de mesure pour qualifier l’aberration de ce projet d’aéroport au nord de Nantes.

En cette période de restriction budgétaire et d’ébriété énergétique, alors que le secteur aérien subit une forte crise, il est tout simplement absurde de vouloir donner la priorité au financement de ce projet démesuré, sans aucune concertation avec les élus locaux et les associations, uniquement pour flatter l’égo de quelques cadors de la politique locale et servir quelques lobbies du béton et de l’aviation.

Au milieu de l’été, Monsieur Bussereau est venu en catimini à Nantes pour passer avec les responsables de collectivités locales, partenaires de circonstance, un supposé accord de pré-financement du projet : 115 millions d’euros sans aucune précision quant à la répartition.

Les collectivités locales, dont le Conseil régional, devront se prononcer sur le financement. Les élus Europe Ecologie seront très fermes sur le respect de l’accord qui a été contracté lors des élections régionales : zéro euro pour la desserte routière de l’aéroport. Forts de leur percée lors des dernières échéances électorales, les élus écologistes ne trahiront pas la confiance de leurs électeurs, et seront garants des engagements pris.

Rien ne justifie la construction d’un nouvel aéroport dans la région, si ce n’est la spéculation foncière sur le site de l’actuel aéroport de Nantes qui fait déjà saliver les promoteurs. Il est temps de repenser les stratégies d’investissement menées et réorienter l’argent des contribuables vers des projets qui répondent aux vrais besoins de la société, notamment à travers une politique de transport efficace.

Les responsables d’Europe Ecologie réunis lors de leurs journées d’été ont rappelé hier, sur place, à Notre-Dame-des-Landes, leur soutien indéfectible aux habitants, aux militants et aux élus, et leur engagement à stopper ce projet emblématique des fausses solutions, dans la perspective des échéances électorales de 2012.

Yannick Jadot, député européen Europe Ecologie

Jean-Philippe Magnen, Vice Président Europe Ecologie du Conseil régional Pays de la Loire