Une occasion manquée de limiter les émission de CO2 des véhicules utilitaires

Le Parlement européen a adopté aujourd’hui un accord qui vise à établir une nouvelle législation européenne en matière d’émissions de CO2 des véhicules utilitaires légers, fixant la  limite d’émissions de CO2 à 147g/km d’ici 2020 pour les véhicules de moins de 3,5 tonnes.

Cet accord est complètement décevant : le Parlement européen a aujourd’hui manqué l’occasion de promouvoir à la fois un objectif climatique et une ambition en matière d’innovation industrielle.

En effet, sous la pression des constructeurs automobiles européens, l’objectif initialement proposé par la Commission européenne de 135 g a été nettement affaibli jusqu’à 147 g / km au cours des négociations entre le Conseil et le Parlement européen. De plus, son application a été retardé jusqu’à 2017.

Cet objectif de 147 g / km n’est pas suffisamment strict. Non seulement il n’est pas assez ambitieux pour stimuler des investissements des constructeurs automobiles dans les technologies vertes, mais il n’est pas cohérent avec les objectifs que l’UE s’est fixé en termes de lutte contre les changements climatiques. On aurait espéré un plus grand sursaut de la part du Parlement européen qui avait récemment réussi à faire entendre sa voix en termes de lutte contre les changements climatiques en prônant des engagements plus ambitieux de l’UE d’ici 2020, ou même en matière d’économie d’énergie avec l’appel à un objectif contraignant de 20% en décembre dernier.

Encore une fois, les parlementaires ont loupé le coche, et n’ont toujours pas compris qu’établir des règles ambitieuses en la matière serait un réel facteur de compétitivité pour l’industrie automobile, et inciterait les constructeurs à investir dans les technologies vertes, pour produire des véhicules peu polluants. Des investissements considérables que ces derniers rechignent à faire…. au détriment des consommateurs.

(NB: en comparaison, le niveau moyen d’émission pour les voitures particulières neuves est de 130 g de Co2 par kilomètre d’ici 2015 selon un autre règlement européen adopté fin 2008)